BATD, une structure exceptionnelle de formation et de promotion du tennis en Belgique - BATD, een uitzonderlijke structuur voor opleiding in en promotie van het tennis in BelgiŽ.

BATD Clubs & Schools

Editorial  

Quel avenir ?

   Le 25 000 $ d’Odrimont, comptant pour le circuit professionnel, a permis à Jeroen Vanneste (ATP 552) de remporter son deuxième tournoi de rang en deux semaines. Pas même tête de série, il a mis tout le monde d’accord de la plus belle manière qui soit puisqu’il n’a pas perdu un set, ni même dû jouer un seul tie-break, sur les courts de Lasne. Cela récompense les efforts qu’il a consentis pour remettre le pied à l’étrier après les nombreuses blessures qui ont souvent interrompu sa jeune carrière.

   Fort bien ! On ne peut être que très heureux pour lui ; mais u moment où ses résultats devraient lui ouvrir la perspective d’aborder des Challengers dans la mesure où il parviendrait à rester au niveau qui est le sien aujourd’hui, une difficulté se présente à lui. Il lui faudra, en effet, s’expatrier jusqu’à la fin du mois pour garder le rythme de la compétition. Cette année, en effet, il n’y aura plus en Belgique un seul tournoi au calendrier international avant celui du Primerose qui se jouera du 29 juillet au 4 août. Ensuite, il n’en restera que deux avant l’été 2020 ! Autant dire que la situation de nos jeunes compatriotes, qui ne bénéficient pas du soutien fédéral et aspirent malgré tout à tenter leur chance au plus haut niveau, est dramatiquement compliquée – cette année en particulier en raison du renoncement (pour de bonnes et mauvaises raisons) de plusieurs clubs à mettre sur pied Futures et Challengers, les sésames du circuit mondial.

   Certes, notre pays ne dispose ni des structures ni du climat pour organiser cinquante tournois par an, comme en Turquie, en Tunisie ou à Cancun. Mais au moins, pendant les mois d’été, il devrait être possible, sous nos latitudes, d’offrir à nos élites la possibilité de limiter les frais de voyage et de n’avoir pas à parcourir le monde, comme elles doivent le faire le reste de l’année pour ne pas perdre la main. Il est difficilement compréhensible, et même admissible, qu’après avoir eu la chance de disposer de champions exceptionnels au cours des vingt dernières années, aucune disposition n’ait été prise par la Fédération pour profiter de cette aubaine afin de préparer un avenir aussi radieux que le passé ou le présent, sur le plan tennistique. (Elle a, en tout cas, manqué du dynamisme dont a fait preuve, par exemple, sa consœur qui préside aux destinées du hockey.) Résultat des courses ? Dans l’immédiat, David Goffin et Elise Mertens risquent fort de se sentir très seuls pour défendre nos couleurs.

Michel Nestor, le 8 juillet 2019

Haut de la page