Editorial

Editorial

Belles moissons !

On ne saurait passer sous silence la belle moisson récoltée par nos compatriotes au cours de la semaine dernière. Maxime Authom, réduit à l’inactivité tout au long de l’été, a retrouvé de l’allant, suffisamment en tout cas pour s’imposer au 10 000 $ du Cap d’Adge. Un autre revenant, Alexandre Folie a forcé l’accès de la finale au Future d’Heraklion. Néanmoins, la palme hebdomadaire revient plutôt aux demoiselles qui ont réussi à s’illustrer sur le continent américain.

Ann-Sophie Mestach a profité de sa tournée mexicaine pour sortir du relatif anonymat où elle se complaisait depuis ses demi-finale d’un 50 000 $ à Seoul fin avril et d’un 75 000 $, la semaine suivante à Tokyo. Après avoir remporté le tournoi de Monterrey, elle s’est inclinée samedi dernier en finale du tournoi de Tampico (50 000 $) au tie-break du troisième set ! Est-ce à dire qu’elle pourra enfin s’attaquer à la hauteur du top 100 et la franchir bientôt ? C’est la grâce qu’on lui souhaite…

Un étage en-dessous, Yasaline Bonaventure, qui continue à explorer le monde sans succès spectaculaires, disputait le tournoi de Florence (en Caroline du Sud car il n’y a pas moins de cinq cités florentines aux Etats-Unis…), doté de 25 000 $ de prix. Elle en a joué la finale, mais elle a pris une fameuse fessée (6/2 6/1) des œuvres de Catherine Bellis – une Américaine qui l’on peut considérer comme la révélation de l’année, compte tenu de son âge. Née le 8 avril 1999 ( !), cette jeune fille a créé la sensation à l’US Open où elle élimina au premier tour la Slovaque Dominika Cibulkova (6/1 4/6 6/4). Elle resta sur cet exploit, à New York. Depuis, elle est revenue à ses chères études ; mais il faut reconnaître qu’elle passe brillamment ses examens. Avant de s’imposer à Florence, elle avait déjà gagné le 25 000 $ de Rock Hill, la semaine précédente. Nul doute qu’il faudra compter avec elle à l’avenir surtout qu’elle ne craint pas de payer de sa personne : elle dispute, à la différence des Belges, les doubles là où elle y a accès…

Michel Nestor, le 21 octobre 2014